Communiqués de presse

Co-operators verse 75 000 $ à des étudiants pour financer leurs projets de développement durable

16 décembre 2011
07:00

GUELPH, ON, le 16 déc. 2011 /CNW/ - Des étudiants de tout le Canada montrent à leurs campus et à leurs collectivités que le changement en matière de développement durable se fait d'abord à l'échelle locale. En effet, 18 étudiants ayant participé à IMPACT! Programme jeunesse Co-operators de leadership en développement durable ont reçu un total de 75 000 $ en appui à divers projets visant à bâtir un monde plus sain et plus durable pour les générations actuelles et futures.

En septembre dernier, ces étudiants ont pris part à une conférence unique qui s'est déroulée pendant quatre jours à Guelph, en Ontario, et pendant laquelle 165 chefs de file canadiens de niveau postsecondaire se sont penchés sur les difficultés et les pratiques liées au développement durable de dix systèmes, dont l'énergie, l'eau, l'alimentation et les transports. Les étudiants gestionnaires d'un projet de développement durable ont été invités à demander une aide financière afin que leur projet ait une incidence encore plus importante.

« À l'issue de la conférence, chaque étudiant s'engage à devenir un catalyseur du développement durable pendant les mois et les années à venir, et c'est pour les y aider que nous avons mis au point le Fonds IMPACT! », indique Kathy Bardswick, présidente et chef de la direction de Co-operators. « Avec un peu d'aide financière, ces jeunes exceptionnels et passionnés sont capables de tout ».

La Fondation Co-operators a créé le Fonds IMPACT! pour mobiliser les jeunes et appuyer financièrement leurs solutions de développement durable afin qu'elles aient un effet positif sur les organisations et les collectivités canadiennes. Le Fonds IMPACT! a déjà versé 88 685 $ en appui à des projets de développement durable entrepris par d'anciens participants de la première conférence, tenue en 2009. Cette nouvelle aide financière est octroyée à la fois aux participants des éditions 2009 et 2011.

Pour obtenir la liste complète des bénéficiaires et de leurs projets, veuillez consulter le document ci-joint ou vous rendre au www.impactyouthsustainability.ca.

À propos de Co-operators
Le Groupe Co-operators limitée est une coopérative de propriété canadienne dont les actifs sous administration s'élèvent à plus de 41 milliards de dollars. Par l'entremise de ses filiales, Co-operators offre de l'assurance habitation, automobile, vie, collective, voyage, entreprise et agricole, ainsi que des produits de placement. Co-operators est réputée pour son engagement communautaire et ses efforts visant à construire un avenir plus durable. Elle se classe au premier rang du palmarès des 50 meilleures entreprises citoyennes au Canada de la revue Corporate Knights et figure dans la liste des 50 employeurs de choix au Canada. Fière membre et alliée du secteur coopératif, Co-operators est heureuse de célébrer 2012, l'année internationale des coopératives. Pour en savoir davantage, visitez le site www.cooperators.ca.

Contexte

Récipiendaires d'une première subvention d'IMPACT! en 2011

Plusieurs des projets subventionnés donnent matière à réflexion. Tout d'abord, Alexander McNaughton, étudiant de l'Université Simon Fraser en Colombie-Britannique, a reçu une subvention de 5 000 $ pour son projet Growing Chefs (www.growingchefs.ca) qui propose l'aménagement de divers jardins intérieurs et extérieurs dans le cadre d'un cours, au titre d'un programme de développement durable de jardinage et de cuisine pour les écoliers. Alexander veut associer, dans l'esprit des jeunes, développement durable et production locale des aliments, en les incitant à s'engager dans une logique d'autonomisation et en leur offrant des occasions d'apprentissage. Étudiant de l'Université du Manitoba, Evan Bowness lance un projet intergénérationnel de jardinage (Intergenerational Gardening Project), en partenariat avec la coopérative de South Osborne (www.southosborneucc.ca). La subvention de 5 000 $ permettra à Evan d'aider les enfants, les jeunes et les adultes de la collectivité à nouer des liens, tout en préparant le jardin pour une saison 2012 fructueuse et en travaillant ensemble dans le cadre d'ateliers éducatifs. Kelsey Morin, de l'Université Mount Royal en Alberta, utilisera sa subvention de 5 000 $ pour explorer une autre forme de jardinage. Elle mettra au point et dirigera un procédé de culture qui utilise l'aquaponie, un système de culture hydroponique faisant usage de l'eau d'un aquarium comme source de nutriments. Kelsey compte tirer parti de l'aquaponie comme source optionnelle d'alimentation sécuritaire en Alberta et ailleurs.

Cole Nadalin, du Lambton College en Ontario, utilisera sa subvention de 2 000 $ afin de construire un composteur pour traiter les déchets du campus. Le Lambton College Organic Waste Composting and Sustainable Food System (Système biologique de compostage des déchets et de production alimentaire durable du Lambton College) utilisera en outre les serres du campus pour cultiver les légumes utilisés par la cafétéria de l'université et dans le cadre du programme de gestion et de formation culinaire (Culinary Management and Culinary Skills program - www.lcseas.com). Athina Conner, du Camosun College en Colombie-Britannique, lancera aussi un projet de compostage. Elle se servira de sa subvention de 2 800 $ pour installer 12 digesteurs anaérobies (aussi connus sous le nom de cônes verts de compostage), pour aménager un jardin surélevé d'herbes aromatiques à l'appui du programme des arts culinaires et pour encourager la collaboration entre les départements, les facultés et les employés du collège.

D'autres récipiendaires des subventions IMPACT! ont pour thème principal la tenue d'ateliers et la mobilisation des jeunes. Étudiante de l'Université de Montréal, Catherine Gauthier a reçu 3 500 $ pour son projet Délégation de la jeunesse de Québec : Engagez-vous! (http://enjeu.qc.ca/-Delegation-de-la-jeunesse-du-.html). Il vise à promouvoir, au Québec, le rôle de la jeunesse dans les négociations sur les changements climatiques. Un total de 20 ateliers et conférences encourageront les projets de jeunes désireux de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Lisa Prince, de l'Université de Guelph en Ontario, présentera son atelier sur les liens entre l'alimentation, la justice et le développement durable, Food for Thought: Food Justice and Sustainability, aux 250 participants du week-end d'orientation du réseau mondial des jeunes bénévoles, connu sous le nom de Réseau mondial jeunesse volontaire.

Sa subvention de 3 840 $ financera aussi la mise au point d'une documentation bilingue pour des ateliers des sections régionales du Réseau mondial jeunesse volontaire (http://fr.gyvn.ca/) au Canada.

En Nouvelle-Écosse, trois subventions du Fonds IMPACT! encouragent la création d'ateliers visant la prise de conscience environnementale et le perfectionnement des compétences. Tout d'abord, Emilie Novaczek, de l'Université Kings College en Nouvelle-Écosse, utilisera sa subvention de 5 000 $ pour étendre à d'autres régions ses ateliers Wings of Change (www.ourclimate.ca/wordpress/projects-campaigns/wings-of-change) (qui ont déjà été tenus en Colombie-Britannique, au Manitoba, en Ontario et en Nouvelle-Écosse) dans le but d'atteindre encore plus d'étudiants du secondaire. De la même université, James Hutt, financera avec sa subvention de 4 000 $ un atelier intitulé Climate Justice Spring Break. Cette activité vise à augmenter les connaissances et les habiletés des jeunes afin de les mobiliser sur la question des changements climatiques. À Halifax, la subvention aide aussi un forum de réseautage sur les enjeux climatiques. Enfin, Shea Balish, de l'Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, utilisera sa subvention de 5 000 $ pour la réalisation de son projet Rural Representatives. Ce dernier porte sur l'acquisition des compétences de leadership des étudiants universitaires originaires de collectivités rurales, y compris les procédés à utiliser pour inciter les jeunes et le conseil municipal de leur collectivité à appuyer le développement durable. Le projet prévoit aussi un réseau d'étudiants d'origine rurale sur le campus pour les amener à faire front commun.

Le développement durable suscite la créativité, comme en témoignent avec éloquence les projets suivants :

Adam Vaiya, du Humber College en Ontario, souhaite démontrer qu'une bonne dose de créativité et un peu d'argent peuvent mener loin. Sa subvention de 600 $ permettra la mise au point de son projet The Fantastic Plastic Eating Wall of Fungi, un mur vivant qui maintient des champignons tout en décomposant des matières plastiques et des produits chimiques synthétiques, nocifs pour l'environnement. Le projet encourage la collaboration entre les professeurs et les étudiants du Humber College et de l'Université de Toronto.

Jessica Tremblay-Flamand, du Cégep de Saint-Jérôme au Québec, utilisera sa subvention de 5 000 $ pour lancer la Co-op Roue-Libre. Le projet consiste à offrir un local, des outils et des ateliers pour que les membres de la collectivité puissent en apprendre davantage sur l'entretien et la réparation des vélos, ainsi que sur l'importance d'utiliser d'autres modes de transport que l'automobile et d'acquérir de bonnes habitudes de vie. Des bénévoles feront également la collecte et la réparation de vélos d'occasion, afin de leur donner une seconde vie.

Participants IMPACT! 2009 - Récipiendaires

Alla Guelber, de l'Université Royal Roads en Alberta, a reçu une troisième subvention du Fonds Impact! pour son projet Meaningful Work Retreat. La subvention de 3 000 $ assurera le succès du projet www.meaningfulworkproject.ca de trois façons. Premièrement, elle permettra de créer et de diriger un processus nommé LifeJam qui consiste à aider le fonctionnement de l'entreprenariat social. Deuxièmement, le projet finance la rédaction d'un guide du processus LifeJam. Finalement, les fonds permettront d'obtenir les services d'animateurs professionnels chargés de mettre au point le programme et d'offrir de la formation à l'équipe Meaningful Work afin qu'elle puisse ensuite réaliser le programme de façon autonome.

Charlotte Lambert, de l'Université du Québec à Montréal, utilisera sa subvention de 5 000 $ pour le recyclage. Son projet From Laundry to Landscape vise à installer un système de filtration et de redistribution des eaux usées d'un lavoir montréalais vers un jardin du quartier. Des essais biologiques seront effectués sur des plantes afin de démontrer comment les eaux usées peuvent être réutilisées une fois filtrées; d'autres essais permettront de comparer la qualité de l'eau filtrée provenant du lavoir avec celle du robinet.

Une troisième subvention du Fonds Impact! de 5 000 $ permettra d'aider les Amérindiens de la Saskatchewan et Ellen Quigley, étudiante à l'Université d'Oxford, à réaliser son rêve de remplacer l'eau embouteillée par l'eau du robinet lors de divers évènements partout en Saskatchewan. Ancien récipiendaire, le projet We Are Many (www.wamsaskatoon.com) sensibilisera la population sur l'existence du poste de distribution d'eau, en créant une nouvelle enseigne, et étendra le programme de bénévolat partout en Saskatchewan.

Keleigh Annau, étudiante à l'Université Mount Allison au Nouveau-Brunswick, poursuit l'expansion du projet Lights Out Canada (www.lightsoutcanada.org) lancé alors qu'elle avait 16 ans et qui cible les économies d'énergie et la formation du public à cet égard. Keleigh a reçu une troisième subvention du Fonds Impact! de 7 000 $, qui lui permettra de poursuivre ce projet provincial auprès de nouveaux bénévoles et de nouvelles écoles, et de rejoindre une population d'étudiants et d'enseignants de plus de 170 000 personnes en 2012.

Finalement, Eliese Watson est déterminée à rétablir le nombre de colonies de bourdons. Par conséquent, en partenariat avec l'Université Mount Royal, en Alberta, elle a fait une troisième demande de subvention auprès du Fonds Impact! pour son projet The Bumblebee Rescue and Foster Parent Program (www.backyardbees.ca), qui consiste à sauver des colonies de bourdons situées dans des zones problématiques et à les déplacer dans des endroits plus accueillants, afin de les protéger. La subvention de 7 000 $ aidera également la recherche et la coordination des bénévoles, tout en créant des emplois étudiants, en vue du sauvetage des colonies.

Jill Doucette, de l'Université Victoria en Colombie-Britannique, a reçu une subvention de 2 000 $ pour son projet de stages en entreprise favorisant le développement durable. La subvention permettra d'offrir des stages aux étudiants à Synergy Enterprises, dont Jill est la cofondatrice et la directrice du service d'engagement des clients (www.synergyenterprises.ca). Les stagiaires travailleront dans des petites entreprises régionales afin de les aider à réduire l'incidence de leurs activités commerciales sur l'environnement.

Pour plus de renseignements:

Leonard Sharman
Co-operators
519-767-3937


Retour aux communiqués

Suivez-nous:

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube